Depuis quelques mois, Uber expérimente à Pittsburgh, en Pennsylvanie, ainsi qu’en Arizona et en Californie, un service de taxi autonomes, avec une quarantaine de véhicules.

Si les voitures expérimentales se conduisent toutes seules, un chauffeur est quand même présent en permanence dans chacune d’elles afin de reprendre le contrôle en cas de danger.

Le rêve de son CEO serait de pouvoir se passer de chauffeurs, pour ne pas avoir à partager le prix des courses avec ces derniers.

C’est pourquoi il a largement investi dans les technologies de véhicules autonomes, décimant le département de robotique de l’université Carnegie Mellon, rachetant pour une somme astronomique Otto, une start-up d’à peine quelques mois. Il est même attaqué en justice par Google, qui l’accuse d’avoir volé sa technologie.

Uber utilise plusieurs métriques pour estimer les progrès réalisés:

  • Nombre moyen de kilomètres parcourus avant que le conducteur prenne le contrôle, quelle qu’en soit la raison;
  • Nombre moyen de kilomètres parcourus avant une intervention critique, où le conducteur prend le contrôle afin d’éviter de causer des dégâts: collision avec un piéton, une autre voiture ou un autre obstacle;
  • Nombre moyen de kilomètres parcourus entre des ‘mauvaises expériences’: freinage brutal, mouvements saccadés: tout ce qui rend la conduite désagréable, mais pas dangereuse.

Recode a réussi a mettre la main sur des documents internes d’Uber.

Actuellement, le conducteur reprendrait le contrôle, qu’elle qu’en soit la raison, tous les 1,3 kilomètre.

Il reprendrait le contrôle afin d’éviter une collision tous les 180 à 320 kilomètres environ, et les progrès seraient en dent de scie.

Le nombre moyen de kilomètres parcourus entre deux expériences désagréables s’élèverait entre 3 et 6 kilomètres, sans qu’on puisse encore distinguer de tendance dans un sens ou dans l’autre.

On le voit, on est encore loin du véhicule totalement autonome.

Ce qui ne surprend pas : Google expérimente depuis 2009, et ses expérimentations se poursuivent avec sa filiale Waymo.

En Californie, depuis deux ans, toutes les entreprises expérimentant avec les véhicules autonomes sont tenues d’informer chaque année l’autorité en charge (DMV) d’un certain nombre de métriques relativement similaires, telles que le nombre de kilomètres parcourus, et le nombre d’interventions humaines.

Il serait trop tôt pour comparer les résultats, car les 11 fabricants ne sont pas au même stage d’autonomie de leurs véhicules.