L’alliance de Microsoft et de Qualcomm pour développer une version de Windows 10 pour processeurs d’architecture ARM, mais 100 % compatibles avec les applications x86, pose une menace majeure pour Intel.

Idéalement, les appareils Windows 10 à base de Qualcomm bénéficieront d’une autonomie nettement supérieure à celles d’appareils à base de processeurs Intel, coûteront moins cher, et seront également équipés de modems 4G afin d’être toujours connectés, même quand il n’y a pas d’accès Wifi.

On attendait une réplique d’Intel depuis plus de six mois, et alors que les premiers appareils issus du partenariat seront commercialisés au quatrième trimestre 2017.

Intel vient en effet de répondre, mais ce n’est pas le genre de réponse auquel on s’attendait.

Dans un article pour retracer, à l’approche du quarantième anniversaire du microprocesseur x86, l’histoire des innovations de la plateforme, Intel n’hésite pas à rappeler que l’entreprise a toujours défendu, et continuera de défendre avec vigueur, la propriété intellectuelle x86, protégée par plus de 1 600 brevets.

Presque tous les fabricants de processeurs compatibles avec les jeux d’instruction x86 en ont pâti, d’AMD à Cyrix Corporation, de Chips Technologies à Via Technologies, et récemment Transmeta.

Sans nommer ni Microsoft ni Qualcomm, Intel affirme qu’il existe des bruits selon lesquels quelques entreprises seraient en train d’émuler les instructions propriétaires x86, sans son accord.

Intel rappelle que Transmeta a abandonné les processeurs il y a 10 ans, après avoir perdu un procès sur le jeu d’instruction SIMD, que Transmeta n’avait pourtant pas copié, mais uniquement émulé – une exposition pour le moins tendancieuse des faits.

« Seul le temps dira si ces nouvelles tentatives d’émulations du x86 d’Intel connaîtront le même sort. » *

Microsoft n’a pas daigné répondre à ces menaces, et l’on constate que l’éditeur utilise depuis des années une émulation x86 dans le Microsoft Malware Protection Engine de Windows, sans que Intel n’ait jamais rien trouvé à redire.

Intel a d’ailleurs oublié de mentionner que c’est Transmeta qui lui a la première intenté un procès pour violation de brevets, et que Intel lui a finalement versé 250 millions de dollars pour acheter une licence perpétuelle, et, dans le cadre de l’accord, a renoncé à toutes ses demandes reconventionnelles.

Un porte-parole de Qualcomm aurait affirmé au Register qu’ils (Qualcomm) ont trouvé le blogue très intéressant, et qu’ils ont hâte de lancer les PC Windows 10 montrés lors du Computex 2 017 par de grands fabricants, et équipés de la plateforme mobile Snapdragon 835.

S’il est normal qu’une entreprise défende sa propriété intellectuelle avec vigueur, on aurait préféré une réplique technique à l’alliance Microsoft-Qualcomm, comme un système sur une puce intégrant un modem 4G d’Intel.

 

* Traduction : Le Diligent