À l’occasion du Mobile World Congress 2015 (MWC), qui a lieu cette semaine à Barcelone, Samsung vient de présenter son dernier smartphone vedette : le Samsung Galaxy S6, et la variante S6 Edge.

Ces deux modèles seront disponibles globalement à partir du 10 avril 2015.

Ils remplacent le S5, qui en dépit de ses qualités techniques, ne s’est pas vendu aussi bien que Samsung l’espérait. Dans sa gamme de prix, les consommateurs n’ont pas apprécié son aspect plastique et son design ennuyeux.

Samsung a donc entièrement revu le design du S6.

Il est composé de verre ultrarésistant gorilla glass 4 et d’un boîtier élégant entièrement en métal qui lui donne l’aspect premium qui manquait à ses prédécesseurs. Il sera disponible en blanc, en bleu, en noir et en doré.

La variante S6 Edge apporte un écran incurvé qui se prolonge sur les bords gauche et droit de l’appareil. Elle sera disponible en blanc, en vert, en noir et en doré. Contrairement au Note Edge, dont l’écran est uniquement incurvé sur la droite, les parties incurvées de l’écran ne sont pas utilisées pour afficher des informations spécifiques. Il s’agit en premier lieu d’une amélioration visuelle.

Comme on peut l’attendre d’un produit phare, le Galaxy S6 est à la pointe de la technologie : processeur octacore, 3 Go de mémoire vive ; 32, 64 ou 128 Go de stockage. L’écran d’une résolution QHD (2 560 x 1 440) et de 5,1 pouces de diagonale est de type Super AMOLED.

Le lecteur d’empreinte digitale est intégré au bouton principal et ne nécessite plus de balayage.

Un dispositif infrarouge donne à la fois une balance des blancs optimisée pour la photographie, et sert au cardiofréquencemètre intégré.

C’est le premier smartphone Samsung à intégrer nativement la charge à induction, qui permet un chargement sans fil, un agrément bien connu des amateurs de Lumia.

Il est compatible avec les standards de charge sans fil Qi et PMA. Il se chargerait 50 % plus vite qu’un S5 et 10 minutes de charge lui donneraient 4 heures d’autonomie.

La photographie n’est pas oubliée, avec un objectif plus lumineux f 1,9 qui dépasse en revanche du boîtier, comme celui de l’iPhone 6, avec le même désavantage : impossible de le poser à plat sur une table. On notera du reste une ressemblance évidente du S6 avec l’iPhone 6, mais il y a des limites au design de smartphones, qui, pour la plupart, se ressemblent tous. Le capteur démarre en 0,7 seconde, bien plus rapidement que celui du S5.

Certaines fonctionnalités ont toutefois été sacrifiées : il n’y a plus de lecteur de carte micro SD, il n’est pas étanche et la batterie n’est plus remplaçable.

Le S6 est piloté par le système d’exploitation Android 5.0 Lolipop, et Samsung aurait supprimé 40 % des fonctionnalités logicielles pour un usage plus facile.

Il est compatible avec Samsung Pay, le service de paiement en développement de Samsung, qui veut concurrencer le service concurrent Apple Pay. Ayant racheté LoopPay, Samsung offre un service compatible à la fois avec NFC et avec les terminaux pour cartes de crédit avec bande magnétique.

Ce nouveau modèle permettra-t-il à Samsung d’inverser la tendance et d’endiguer l’effondrement de ses parts de marché et de ses bénéfices, voire de repartir à la reconquête ? Si l’on peut imaginer des ventes solides, on a du mal à imaginer des clients Apple abandonner leur iPhone pour un S6.