Les carabiniers, en coopération avec Europol, ont démantelé un réseau criminel international, responsable d’écrémage à grande échelle de distributeurs automatiques de billets, de contrefaçons de documents, et de blanchiment d’argent.

L’écrémage de distributeurs est l’utilisation d’appareils sophistiqués pour enregistrer, à l’insu du client, les informations stockées sur la piste magnétique de sa carte bleue, tout comme son code PIN.

Le réseau criminel a compromis des distributeurs automatiques de billets en Italie, au Danemark et au Royaume-Uni. Avec les données récoltées, les criminels fabriquaient de fausses cartes bancaires qu’ils utilisaient pour retirer de l’argent de distributeurs automatiques de billets en Indonésie et à Belize. Plus d’ 1,2 million d’euros aurait ainsi été dérobé.

16 personnes ont été arrêtées en Italie, et les carabiniers ont récupéré lors des perquisitions de nombreux matériels : microcaméras, lecteurs de cartes, lecteurs et enregistreurs de bandes magnétiques, ordinateurs, smartphones, disques durs, et cartes en plastique prêtes à l’emploi.

Le Centre européen sur la cybercriminalité de d’Europol (EC3) a engagé la procédure en 2014 et soutenu les forces de l’ordre concernées dans leurs efforts pour identifier les suspects. Les réunions opérationnelles ont eu lieu au siège d’Europol à La Haye et l’EC3 a fourni un appui analytique et judiciaire tout au long de l’enquête, y compris le déploiement d’un bureau mobile au cours de la journée d’action finale afin d’aider les autorités italiennes.

Les systèmes d’information et d’analyse d’Europol ont été utilisés pour échanger et contre-vérifier les renseignements provenant d’États membres et de pays tiers avec lesquels Europol a un accord d’entraide opérationnelle.

Pour minimiser les risques, il est recommandé de recouvrir de la main le clavier lors de l’entrée du code PIN, de consulter régulièrement ses relevés bancaires, et de prévenir sa banque pour toute chose suspicieuse, y compris une transaction qui n’aurait pas encore été débitée.