L’éditeur de jeux vidéo Ubisoft a annoncé l’émission de 400 millions d’obligations convertibles de type OCEANE (Obligation Convertible ou Échangeable en Actions Nouvelles ou Existantes), avec une échéance à cinq ans.

Il s’agit d’un placement privé auprès d’investisseurs institutionnels, dont le but est d’aider à financer le développement de produits, d’acquisitions éventuelles, ainsi que le refinancement de la dette.

Actuellement, le cours de l’action est en baisse de moins de 2 %. Depuis le début de l’année, le cours est en hausse de 27 %.

Cette émission peut être considérée comme une nouvelle arme pour Ubisoft dans sa lutte contre Vivendi pour rester indépendante. L’éditeur s’en défend toutefois : il s’agirait de profiter des taux d’intérêt bas.

La semaine dernière, Guillemot Brothers SE concluait un accord avec une banque pour financer l’acquisition de 4 millions d’actions d’Ubisoft, soit 3,5 % du capital.

Ce qui porte la participation de la famille Guillemot à 12,84 % du capital, soit 18,91 % des droits de votes.

Elle est toujours légèrement devancée par Vivendi, qui détient 21 % des droits de vote.

Le 29 septembre, Ubisoft va tenter de refuser à Vivendi des sièges au conseil d’administration, une exigence formulée en mai 2016 par le conglomérat.