Microsoft veut faciliter le développement de la voiture connectée avec un programme de licence de brevets ouvert aux fabricants de voitures.

Il couvre toute une palette de propriétés intellectuelles pour la télématique, l’infodivertissement, la sécurité, et les autres systèmes nécessaires à la voiture connectée.

Microsoft investit chaque année près de 11,4 milliards de dollars (10,5 milliards d’euros) en recherche et développement, et développé depuis 30 ans une palette de technologies utile pour la voiture connectée.

Le premier constructeur automobile à signer est le premier constructeur automobile au monde: Toyota.

Microsoft collabore depuis des années avec les fabricants. Toyota a été l’une des premières entreprises à bénéficier de l’Azure IP Advantage, un programme de protection contre les risques encourus par la propriété intellectuelle dans le nuage.

Son Toyota Big Data Center et sa plateforme Toyota Connected tournent dans Microsoft Azure.

L’un des intérêts de travailler avec Microsoft, c’est que l’entreprise, contrairement à Apple ou à Google, n’a pas l’intention de se lancer elle-même dans la voiture autonome, et préfère aider avec la technologie.

Comme l’avait affirmé Peggy Johnson, vice-présidente, Business Development, lors de la Converge Technology Conference 2016, et comme le réaffirme cette semaine Erich Andersen, en charge de la propriété intellectuelle de Microsoft.

À défaut d’avoir réussi à imposer Windows dans les systèmes d’infordivertissement, Microsoft a conclu de nombreux partenariats, comme l’intégration d’Office 365 dans les systèmes de Harman, ou celle de Cortana dans les voitures de BMW et de Nissan.

Depuis 2003, Microsoft a conclu 1 200 accords de licence.