Un employé de Google aurait malencontreusement envoyé des notifications Border Gateway Protocol (BGP) erronées au Japon vendredi dernier, causant la disparition soudaine de pans entiers du trafic Internet au japon.

Le BGP est un protocole d’échange de route utilisé notamment sur le réseau Internet. Son objectif est d’échanger des informations de routage et d’accessibilité de réseaux entre systèmes autonomes.

La mauvaise configuration a eu pour conséquence de rediriger tout le trafic de grands opérateurs télécoms comme NTT et KDDI vers Google pour acheminement. Comme Google n’achemine pas le trafic Internet (sauf celui des entreprises avec lesquelles un partenariat existe), le trafic a disparu.

La panne a duré plusieurs heures et a été si sévère que deux ministères ont exigé un rapport complet de la part des opérateurs télécoms.

Ont été notamment affectés les banques en ligne, les réservations de train et même des services de jeux vidéo. Les utilisateurs finaux se sont plaints sur Twitter des nombreuses pannes, avec pour unique retour ‘connexion interrompue’.

Le malheur des uns faisant le bonheur des autres, les cours boursiers d’actions d’entreprises de cybersécurité japonaise se sont envolés sur le Jasdaq suite à l’incident.

À en croire BGPMon, plus de 135 000 préfixes BGP erronés ont été envoyés à Verizon, occasionnant le chaos.

Une fois encore, on constate que la connectivité qui nous est devenue si naturelle est à la merci d’erreurs ou d’actions malveillantes sur de nombreux protocoles clés d’Internet qui n’ont pas été revus suite à l’engouement pour un réseau de recherche qui est devenu le réseau universel de l’humanité.