C’est sans doute une première mondiale : les patients cardiaques américains vont devoir rendre visite à leur docteur pour que le micrologiciel de leur stimulateur cardiaque soit mis à jour avec un correctif de sécurité.

Les pacemakers Abbott, d’abord commercialisés sous la marque St. Jude Medical, font en effet l’objet d’un rappel volontaire de la FDA (Food and Drug Administration), l’administration américaine en charge des denrées alimentaires et des médicaments.

Une personne malveillante pourrait contrôler les stimulateurs cardiaques pour en changer la programmation, vider la batterie, et plus dangereux encore, changer le rythme des battements du cœur.

La FDA a publié à cet effet un avertissement mardi 29 août 2017.

Au total, une dizaine de références de stimulateurs cardiaques et de défibrillateurs doivent être mises à jour, soit environ 465 000 d’après les calculs de l’agence fédérale.

Abbott, qui a racheté St. Jude Medical en 2016, reconnaît dans une lettre envoyée aux médecins qu’il est impossible de faire la mise à jour à distance.

La mise à jour du micrologiciel du pacemaker n’est pas sans risque : parfois, la mise à jour ne peut être installée, ou elle efface la configuration du stimulateur cardiaque ou perd les données de diagnostic. Dans 0,003 % des cas, le stimulateur cardiaque ne fonctionne plus du tout.

Le docteur traitant doit donc décider s’il vaut mieux installer la mise à jour ou non.

Si l’on se réjouit de cette initiative, on est étonné qu’elle ne soit lancée que maintenant. Cela fait des années que l’absence partielle ou totale de sécurité a été démontrée pour nombre de classes d’appareils médicaux, dont les stimulateurs cardiaques.