Lors du discours inaugural de la conférence GTC Europe, qui se tient à Munich du 10 au 12 octobre 2017, Jensen Huang, le CEO de NVIDIA, a dévoilé sa nouvelle génération de supercalculateur embarqué pour les véhicules autonomes : Drive PX Pegasus.

Sa capacité de 320 trillions d’opérations à la seconde, soit 10 fois plus que celle de son prédécesseur Drive PX 2, est jugée suffisante pour la conduite d’un véhicule entièrement autonome de catégorie 5 : sans conducteur, sans volant, pédales ou rétroviseurs, et avec un intérieur qui ressemble à une pièce ou à un bureau.

Aujourd’hui, la plupart des voitures autonomes ne dépassent pas la catégorie 2 d’autonomie (régulation de la vitesse et centrage sur une voie). La toute nouvelle Audi A8 serait de catégorie 3 – contrôle complet du véhicule dans des conditions environnementales et de trafic limitées et spécifiques – ce qui ne sera pas vérifiable dans les faits avant que les régulateurs n’autorisent son emploi.

Plus de 10 % des partenaires de la plateforme NVIDIA Drive PX sont en train de développer des robotaxis autonomes. Aujourd’hui, leur coffre ressemble à des mini data centres.

Nvidia estime que pour réaliser la vision d’un véhicule entièrement autonome, on a besoin d’une puissance de calcul 50 à 100 fois plus élevée que celle des voitures actuelles. Il faut en effet pouvoir traiter les images de haute résolution de caméras à 360 degrés, les informations des lidars, calculer la position du véhicule au centimètre près.

Pegasus, de la taille d’une plaque d’immatriculation, compte quatre processeurs d’intelligence artificielle : deux basés sur le dernier système sur une puce Xavier d’architecture Volta, et deux processeurs graphiques de nouvelle génération conçus pour accélérer l’apprentissage profond et la reconnaissance d’images.

Les Pegasus, bien qu’affichant une dissipation thermique de 500 W, soit deux fois plus que les PX 2, seront refroidis à l’air plutôt qu’à l’eau.

Le kit de développement NVIDIA Drive PX Pegasus sera disponible pour les premiers partenaires au deuxième semestre 2018.

Articles similaires