Hewlett Packard Enterprise (HPE) présente ses résultats financiers pour le quatrième trimestre de son exercice fiscal 2017, se terminant au 31 octobre 2017.

En glissement annuel, son chiffre d’affaires est en hausse de 4,6 % à 7,66 milliards de dollars, et son résultat net bondit de 73,6 % à 524 millions de dollars, respectivement 6,52 milliards d’euros et 446 millions d’euros.

Avant impôts, HPE affiche toutefois une perte de 301 millions de dollars, contre un bénéfice de 792 millions un an auparavant.

Le chiffre d’affaires est inférieur aux attentes des analystes financiers d’après Bloomberg, tout comme les prévisions pour le premier trimestre de l’exercice fiscal 2018.

Le cours de l’action est en baisse de 6 % avant l’ouverture de la Bourse.

 

Après six années à la tête de HPE, sa CEO Meg Whitman, 61 ans, va quitter son poste en janvier 2018, mais rester au conseil d’administration. Le premier février 2018, Antonio Neri, le président, la remplacera.

Whitman a transformé Hewlett Packard en séparant HP Inc, ordinateurs et imprimantes, de HP Enterprise, services et logiciels aux entreprises en octobre 2015, puis en séparant l’activité des logiciels non essentiels de HPE, dont elle avait pris la direction, en la vendant à Micro Focus.

Whitman aura licencié 80 000 employés de Hewlett Packard, et piloté un plan de rachat d’actions et de dividendes de 18 milliards de dollars. Whitman est la deuxième dirigeante la mieux payée des États-Unis avec une rémunération de 52,3 millions de dollars (44,5 millions d’euros), derrière Ginny Rometty, CEO d’IBM.

Précédemment, Whitman fut CEO de eBay, puis candidate républicaine malheureuse à l’élection du gouverneur de Californie en 2010.