En 2014, Mozilla, la fondation derrière le navigateur web Firefox, et Yahoo, signaient un accord de cinq ans pour faire de Yahoo le moteur de recherche par défaut de Firefox, en remplacement de Google.

Moyennant près de 300 millions de dollars par an, soit plus de 90 % des revenus de la fondation.

Cette dernière a unilatéralement cassé le contrat le 10 novembre 2017, suite au rachat de Yahoo par Verizon, et signé un nouvel accord de moteur de recherche par défaut avec Google.

Yahoo avait alors informé Mozilla d’un manquement grave à ses obligations contractuelles, et demandé d’annuler son avis de résiliation.

Comme Mozilla n’a pas bougé, Yahoo l’a poursuivi en justice devant la Cour fédérale de district de Californie, pour le district de Santa Clara, le premier décembre 2017.

Mozilla affirme avoir utilisé son droit de résiliation, après avoir conclu que continuer d’utiliser Yahoo comme moteur de recherche par défaut suite à son acquisition, aurait un impact négatif sur ses affaires.

Dans sa contre-demande du 5 décembre, Mozilla fait valoir que Yahoo lui doit de l’argent, et que cet argent est clé pour le financement du lancement de la nouvelle version de Firefox.

Un argument qui semble fourbe, puisque les paiements n’ont cessé qu’après le 31 octobre 2017.

En août 2016, le site Recode aurait eu accès au contrat, et déduit que la clause 9.1 sur le changement de contrôle, pourrait coûter très cher au nouvel acquéreur de Yahoo.

Elle permettrait à Mozilla de dénoncer le contrat, tout en continuant à percevoir 375 millions de dollars par an jusqu’en 2019.

Il serait intéressant de savoir si Recode avait vu juste, et si cette clause a été invoquée par Mozilla dans sa contre-demande. C’est impossible à l’heure actuelle, car la version disponible est largement censurée.