Alphabet, la maison mère de Google, vient de publier ses résultats financiers pour le quatrième trimestre 2017.

Son chiffre d’affaires augmente de 24 % d’une année sur l’autre à 32,32 milliards de dollars (25,92 milliards d’euros), et son résultat d’exploitation progresse de 15,4 % à 7,66 milliards de dollars (6,15 milliards d’euros).

Le groupe poste une perte nette de 3,02 milliards de dollars (2,42 milliards d’euros), à cause d’une charge exceptionnelle de 11,04 milliards de dollars (8,85 milliards d’euros) liée au rapatriement de profits étrangers et aux taxes différées.

Comme de nombreuses multinationales américaines, Alphabet profite de la nouvelle loi fiscale votée en décembre 2017 (Tax Cuts and Jobs Act). Nous estimons son rapatriement de liquidités offshore aux États-Unis à 64 milliards de dollars (51 milliards d’euros).

Même en excluant l’impact de cette charge exceptionnelle, le bénéfice par action de 9,70 dollars est inférieur aux 9,98 dollars prévus par les analystes financiers. L’entreprise est sanctionnée par une baisse du cours de son action d’environ 5 % avant l’ouverture de la Bourse.

 

On peut toujours douter de l’intérêt de la création d’Alphabet, une structure uniquement créée pour séparer les Other Bets (autres paris : Nest, fibre, Waymo, etc.) de Google.

La première activité reste marginale pour le groupe, avec un chiffre d’affaires de 409 millions de dollars (328 millions d’euros), en hausse de 46 %, pour des pertes de 916 millions de dollars (735 millions d’euros), en baisse de 15 %.

Le chiffre d’affaires de Google est en hausse de 23,7 % à 31,91 milliards de dollars (25,59 milliards d’euros).

La publicité numérique représente 85 % du chiffre d’affaires de Google (et 84 % du chiffre d’affaires d’Alphabet), le reste étant constitué des ventes de matériel, du magasin virtuel Google Play, et de Google Cloud.

Comme chaque trimestre depuis des années, le chiffre d’affaires publicitaire de Google sur ses propres propriétés croît beaucoup plus vite que sur le réseau de ses membres : de 23,6 % à 22,24 milliards de dollars (17,83 milliards d’euros) pour le premier, et de 12,6 % à 4,99 milliards de dollars (4,00 milliards d’euros) pour le second.

Les coûts d’acquisition de trafic sont en hausse de 24 % à 6,45 milliards de dollars (5,17 milliards d’euros), contre une hausse de 22 % il y a un an.

Le coût au clic de la publicité numérique baisse de 16 % sur les propriétés de Google, et de 4 % sur le Google Network Members.

Lors de la conférence téléphonique, Sundar Pichai, CEO de Google, affirme que le chiffre d’affaires trimestriel du Google Cloud (Google Cloud Platform + G-Suite) dépasse le milliard de dollars et que sa croissance serait la plus rapide de tous les fournisseurs majeurs de services d’informatique en nuage.

Une révélation qui accentue la pression sur Microsoft pour la divulgation du chiffre d’affaires de Microsoft Azure, ou du moins de son ordre de grandeur.

2018 marquera le vingtième anniversaire de Google.