Snap, l’entreprise à l’application de messagerie éphémère qui se prend pour un fabricant de caméras, a publié ses résultats financiers pour le quatrième trimestre 2017.

D’une année sur l’autre, son chiffre d’affaires augmente de 72 % à 286 millions de dollars (232 millions d’euros), et ses pertes nettes se creusent de 106 % à 350 millions de dollars (284 millions d’euros).

Malgré cette nouvelle hémorragie de liquidités, le cours de l’action Snap bondit de 21 % actuellement, avant l’ouverture de la Bourse. Un plébiscite pour des résultats supérieurs aux attentes des analystes financiers, mais qui ne ramène l’action qu’au cours de son introduction en Bourse.

Si le nombre d’utilisateurs actifs quotidiens a augmenté de 18 %, la croissance de Snap, dont la quasi-totalité des revenus provient de la publicité numérique, serait surtout due au nouveau système de vente automatique de publicité numérique, qui remplace petit à petit les ventes directes.

Sur l’ensemble de l’année 2017, Snap mérite bien le qualification de machine à pertes, avec des pertes nettes de 3,45 milliards de dollars (2,79 milliards d’euros) pour un chiffre d’affaires de 825 millions de dollars (669 millions d’euros).

Pour les uns, ce trimestre prouve la viabilité de Snap dans un environnement dominé par Google et Facebook, Snap ayant l’opportunité de profiter du souhait éventuel des entreprises de diversifier un peu leurs investissements monolithiques en publicité numérique.

Pour les autres, Snap est une entreprise qui n’a jamais gagné d’argent, avec des pertes annuelles multipliées par 7 en un an, et une direction inexpérimentée qui prend ses désirs pour la réalité.

Snap a commencé à revoir en profondeur son application phare en novembre 2017, afin d’en simplifier l’utilisation. On ne sait pourquoi la plupart des utilisateurs n’ont toujours pas pu utiliser cette nouvelle version, ni ce qu’en pensent les quelques uns qui ont pu l’installer.