Cisco a publié mercredi ses résultats financiers pour le deuxième trimestre de son exercice fiscal 2018, se terminant au 27 janvier 2018.

En glissement annuel, son chiffre d’affaires augmente de 3 % à 11,9 milliards de dollars (9,5 milliards d’euros).

Son résultat net vire au rouge, à -8,8 milliards de dollars (-7,0 milliards d’euros), à cause d’une provision de 11,1 milliards de dollars (8,9 milliards d’euros) pour profiter de la nouvelle loi fiscale américaine de décembre 2017, le U.S. Tax Cuts and Jobs Act.

Nous estimons le rapatriement de liquidités étrangères après taxes de Cisco aux États-Unis à 58 milliards de dollars (46,5 milliards d’euros).

Le chiffre d’affaires et le résultat hors charge exceptionnelle sont tous deux supérieurs aux attentes des analystes financiers d’après Thomson Reuters.

Ce trimestre met fin à deux ans de décroissance ininterrompue.

Ces résultats sont salués par les investisseurs avec un cours de l’action en hausse de près de 6 % avant l’ouverture de la Bourse.

Par segment :

Le chiffre d’affaires Infrastructure Platforms (cœur de métier : routeurs, commutateurs et autres équipements de réseau), augmente de 2 % à 6,694 milliards de dollars (5,369 milliards d’euros). La gamme de commutateurs Catalyst 9 000 aurait la croissance la plus rapide de l’histoire de Cisco.

Les ventes Applications sont en croissance de 6 % à 1 184 millions de dollars (950 millions d’euros), grâce à des acquisitions comme AppDynamics.

Le chiffre d’affaires Security progresse de 6 % à 558 millions de dollars (448 millions d’euros).

Les ventes Other Products se contractent de 10 % à 273 millions de dollars (219 millions d’euros).

Le chiffre d’affaires Services augmente de 3 % à 3,178 milliards de dollars (2,549 milliards d’euros).

 

Lors de la conférence téléphonique, Kelly Kramer, la directrice financière, a indiqué que Cisco allait réserver 25 milliards de dollars (20 milliards d’euros) pour le rachat d’actions, et 13 milliards de dollars (10,4 milliards d’euros) pour le dividende trimestriel.