Guccifer 2.0, le ‘pirate solitaire’ qui a fourni des fichiers dérobés du Comité national démocrate (DNC) à WikiLeaks, aurait été identifié comme un officier du GRU, la direction générale du renseignement russe.

Ces données ont notamment confirmé qu’Hillary Clinton ne respectait pas la législation, en utilisant ses propres serveurs de courriels à des fins officielles au lieu d’utiliser les serveurs du Département d’État; tout comme le favoritisme du parti démocrate envers Clinton et contre son opposant Bernie Sanders.

Guccifer 2.0 est apparu sur la scène quelques heures après que le spécialiste de la sécurité Crowdstrike détecte une intrusion dans le réseau du DNC, le 15 juin 2016.

Il s’est présenté comme un Roumain, une couverture qui n’a pas même trompé les journalistes.

En janvier 2017, la CIA, la NSA et le FBI estimaient avec une forte probabilité, mais sans présenter la moindre preuve, que Guccifer faisait parti du renseignement militaire russe.

C’est finalement une erreur du pirate qui a permis de l’identifier. Durant l’un de ses échanges, il a oublié d’activer son réseau virtuel privé, et son adresse IP réelle a été dévoilée, puis géolocalisée à l’un des bureaux du GRU à Moscou.

Les actions de Guccifer 2.0 sont considérées comme une tentative illégale d’influence sur les élections présidentielles américaines de 2016.