Microsoft annonce Windows Admin Center, un nouvel outil centralisé de gestion à distance de serveurs, de grappes de serveurs et d’ordinateurs Windows 10.

Un aperçu technique fut présenté lors de la conférence Ignite 2017, sous le nom de code Project Honolulu.

Il a été plébiscité par les administrateurs informatiques, avec plus de 50 000 téléchargements et plus de 25 000 déploiements.

L’outil s’installe localement, utilise une interface utilisateur par navigateur web. Il est gratuit.

Windows Admin Center présente une interface simple pour la gestion des machines et des serveurs, qui évite à l’administrateur d’ouvrir une vingtaine d’applications comme le gestionnaire d’événements, le gestionnaire de tâches, le gestionnaire de périphériques, etc.

Ses capacités sont hybrides : on peut gérer aussi bien des serveurs physiques que des machines virtuelles, sur site ou dans le nuage informatique.

Il est également possible d’installer l’outil sur un serveur web, pour éventuellement offrir la possibilité de l’utiliser de n’importe quel appareil. La sécurité est organisée par rôle, et par intégration avec des groupes Active Directory.

Microsoft a développé un kit de développement logiciel (SDK), afin que des tiers puissent intégrer de nouvelles capacités à l’application.