Walmart, numéro un de la distribution dans le monde, a annoncé la signature d’un accord pour devenir le premier actionnaire du Flipkart Group.

La transaction, qui doit encore obtenir l’approbation des autorités, s’élève à 16 milliards de dollars (environ 13,5 milliards d’euros) pour 77 % de Flipkart, dont 2 milliards de dollars (environ 1,7 milliard d’euros) pour des actions nouvellement émises.

Le solde appartient aux investisseurs existants, pour l’essentiel Binny Bansay, cofondateur, Tencent Holdings, Tiger Global Management et Microsoft, qui sont des partenaires clés.

Walmart va acheter ses actions auprès des autres actionnaires, SoftBank en tête, qui vend toute sa participation.

Amazon aurait aussi fait une offre de rachat de Flipkart, et Walmart aurait dû se battre pour l’emporter.

Walmart est ouvert à des prises de participation d’autres entreprises, mais gardera plus que la majorité de Flipkart.

Flipkart est le numéro un du commerce en ligne en Inde. D’après Walmart, les perspectives de croissance de cette industrie, qui n’est pas encore très développée, sont quatre fois plus élevées que la distribution indienne dans son ensemble.

L’investissement de Walmart permettra de soutenir cette croissance et d’aboutir à une introduction en Bourse.

Flipkart restera indépendante de Walmart India, ses 21 magasins et son centre logistique.

Créée en 2007, Flipkart a lancé la révolution du commerce en ligne en Inde. Durant son dernier exercice fiscal, qui s’est terminé le 31 mars 2018, le chiffre d’affaires de Flipkart s’élève à 4,6 milliards de dollars (3,88 milliards d’euros), en progression annuelle de 50 %.

eKart, sa branche logistique, effectue 500 000 livraisons par jour dans 800 villes.

Flipkart devrait rester déficitaire durant les prochaines années.

L’acquisition devrait réduire le bénéfice par action de Walmart de 25 à 30 cents durant son exercice fiscal actuel, et peut-être jusqu’à 60 cents durant le prochain : le cours de l’action Walmart est en baisse de 3,85 % avant l’ouverture de la Bourse.