Mardi a eu lieu la halte européenne de la tournée mondiale d’excuse de Mark Zuckerberg, CEO de Facebook.

Devant le Parlement européen, il a manié avec autant de brio la langue de bois que devant les Sénateurs américains.

Après une déclaration préliminaire où il s’est excusé pour l’affaire Cambridge Analytica, la séance de questions réponses a débuté.

Vu le format de l’exercice, il a pu esquiver encore plus de questions qu’aux États-Unis, choisissant celles à auxquelles il voulait bien répondre, sans devoir s’engager à des réponses de suivi. Il a même terminé son intervention dix minutes avant le temps alloué.

Un formidable exercice de relation publique pour Facebook, et une farce pour les citoyens européens.

Le CEO a esquivé plus d’une quarantaine de questions gênantes, y compris celles pour lesquelles seules une réponse par un oui ou par un non était attendue.

En voici quelques-unes :

  • Cambridge Analytica est-il un cas isolé ? Pouvez-vous garantir qu’un autre scandale ne se produira pas dans trois, six ou neuf mois ?
  • Avez-vous personnellement pris la décision de ne pas notifier vos utilisateurs de la perte de leurs données auprès de Cambridge Analytica ?
  • Pouvez-vous garantir que vous ne collecterez et ne vendrez pas de données à des tiers sans consentement adéquat, tout spécialement si les gens veulent quitter Facebook ?
  • Facebook a admis créer des profils fantômes pour les personnes qui surfent le web sans avoir de compte Facebook. La seule façon d’empêcher Facebook de collecter mes données, est-ce d’éviter entièrement Internet ?
  • Que faites-vous des données des non-utilisateurs de Facebook ? Les commercialisez-vous ? Est-ce acceptable moralement ?
  • Un non-utilisateur de Facebook peut-il voir les informations qui ont été collectées ? Si non, pourquoi ?
  • Seriez-vous ouvert à l’idée de vous séparer de Messenger et WhatsApp, en conservant Instagram ?
  • Facebook va-t-elle s’engager à payer des taxes dans les pays dans lesquels elle opère ?
  • Est-ce que Facebook va promettre une transparence ‘publique et systématique’ pour les campagnes électorales ?
  • Vous avez affirmé que vous soutenez les régulations des données personnelles RGPD et que vous l’appliquerez globalement ‘dans son esprit’ Qu’est-ce que cela signifie ?
  • Avez-vous vraiment déplacé les données des utilisateurs qui étaient sauvegardées en Europe afin de les mettre hors de portée des autorités européennes ?
  • Sur quelle base légale vous appuyez-vous pour effacer les pages basés sur l’expression religieuse ?
  • Pouvez-vous affirmer que les enfants sont protégés en utilisant les paramètres par défaut de votre site ?