Alors que Dara Khosrowshahi, CEO d’Uber, rencontre aujourd’hui le Président Emmanuel Macron, l’entreprise de VTC annonce qu’elle va étendre l’assurance accident offerte depuis l’an dernier à ses conducteurs en France, à d’autres pays européens à partir du premier juin.

150 000 conducteurs de 21 pays d’Europe pourront bénéficier gratuitement de l’assurance contractée auprès d’AXA, nommée Partner Protection ou protection partenaire.

La police protège des risques lors du travail : dépenses médicales, mort, handicap permanent (50 000 euros), hospitalisation et accidents.

Elle protège également contre la perte de revenus, en cas d’accident ou de maladie grave, et donne droit à un paiement unique de congé maternité / paternité (1 000 euros).

 

Cette assurance permet d’améliorer l’image d’une entreprise qui en a bien besoin, et renforce son attractivité pour des chauffeurs qui pourraient être tentés de passer à la concurrence.

Bien sûr Uber, comme toutes les entreprises de « l’ubérisation », considère les chauffeurs comme des travailleurs indépendants et non comme des employés ce qui permet à l’entreprise de se défausser de nombreuses obligations légales et financières, comme les congés payés.

Un statu quo qui est régulièrement remis en cause par les législateurs, les administrations et les associations de protection des travailleurs.