Google Cloud annonce la disponibilité en bêta des serveurs dédiés.

Typiquement, dans un service d’informatique en nuage, un serveur physique héberge plusieurs machines virtuelles de différents clients.

Un serveur dédié est un serveur physique sur lequel ne tournent que les machines virtuelles d’un seul client.

Un serveur dédié peut être souhaitable pour différentes raisons.

Le plus souvent, il répond aux soucis de conformité et de régulations, dans des domaines comme la santé, l’industrie pharmaceutique ou la finance.

Dans certains cas, un serveur dédié permet d’économiser sur les coûts de licence.

Pour le Google Compute Engine, Les outils de gestion et d’administration des instances sont exactement les mêmes pour les serveurs dédiés que pour les serveurs standards, pour des instances de toute forme (définie par les quantités de mémoire et de processeur virtuel (s)). Un algorithme de placement trouve automatique le meilleur placement pour l’instance parmi tous les serveurs dédiés.

Le client peut également décider lui-même de la location de ses instances.

Le service est facturé 10 % de plus que le service équivalent en mode non dédié.

Actuellement, le choix des serveurs est plutôt limité : pas de serveur à moins de deux processeurs, pas de GPU, pas de SSD local, pas de machine optimisée pour la mémoire.

 

Amazon Web Services offre déjà deux services similaires : les hôtes dédiés Amazon EC2, qui offrent la plus grande flexibilité et sont facturés à l’hôte, et les instances dédiées, sans option de placement manuel, qui sont facturées à l’instance, avec un supplément de 2 dollars par heure pour toutes les instances d’une même région.

Dans Microsoft Azure, certains types d’instances, comme D15 v2 ou G5 sont isolées sur un matériel dédié à un seul client. Le client peut subdiviser les ressources de ces machines virtuelles isolées en ses propres machines virtuelles : la virtualisation imbriquée.