Carrefour et Google ont annoncé lundi un partenariat stratégique autour de trois piliers : la formation, l’innovation et l’expérience d’achat.

Formation

Plus d’un millier de collaborateurs de Carrefour seront formés avec l’appui de Google afin d’accélérer la transformation numérique du distributeur. Carrefour adopte la suite bureautique GSuite pour ses 160 000 collaborateurs. Enfin, le groupe va accélérer l’utilisation de l’infrastructure Google Cloud Platform.

Innovation

Cet été, Carrefour va ouvrir un laboratoire d’innovation en partenariat avec Google Cloud. Les ingénieurs de Carrefour travailleront avec les experts en intelligence artificielle de Google Cloud pour développer de nouveaux services à destination des consommateurs.

Expérience d’achat

En 2019, les consommateurs pourront faire leurs achats, y compris l’alimentation, à l’aide de l’Assistant Google sur leur ordiphone, avec les enceintes intelligentes Google Home, et sur le web via une nouvelle interface du site Google Shopping en France. Ils pourront récupérer les marchandises en magasin ou se faire livrer.

Alexandre Bompard, PDG de Carrefour depuis l’été 2017 déclare:

« Je tiens à remercier les équipes de Google, tant en France qu’aux États-Unis, qui ont permis de conclure cette alliance stratégique pour nos deux groupes. C’est en effet la première fois que Google s’engage avec un distributeur pour développer une offre de ecommerce [sic] alimentaire en Europe. Les deux groupes approfondissent ainsi les liens tissés entre eux depuis plusieurs mois. Cette collaboration marque en outre une étape importante dans la nouvelle histoire qu’écrit Carrefour depuis l’annonce du plan Carrefour 2022. Elle nous permet d’accélérer notre mue digitale et de prendre une longueur d’avance dans le déploiement du dispositif omnicanal que nous voulons offrir à nos clients ».

 

Plan de redressement

L’annonce semble bien accueillie par les investisseurs, avec le cours de l’action actuellement en hausse de 1,96 % à 15,30 euros.

Depuis un an, le cours de l’action Carrefour a chuté de 38 %. En 2017, la filiale française de Carrefour a perdu 500 millions d’euros.

La semaine dernière, le groupe a annoncé la fermeture de 243 magasins ex-Dia, et la reprise de seulement 29, ce qui menace l’emploi de 1 905 collaborateurs. Carrefour avait racheté Dia en 2014.

En plus de la cession des ex-magasins Dia, le groupe prévoit la suppression de 2 400 postes dans ses sièges français.