Le fabriquant d’ordiphones et de casques de réalité virtuelle HTC va remercier un quart de sa main-d’œuvre globale. Les 1 500 postes concernés sont dans son usine de production de Taïwan.

Fondé en 1997, d’abord connu sous le nom Qtek, le fabricant d’ordiphones fut l’un des premiers à produire des ordiphones professionnels Windows, bien avant que Microsoft tente de relancer un système d’exploitation pour les ordiphones grand public ou qu’Apple ait conçu l’iPhone.

HTC est passé à Android et a connu une croissance extraordinaire, jusqu’à détenir 10 % du marché mondial en volume des ordiphones.

Mais le fabricant n’a pas su développer suffisamment son image de marque, et n’a cessé de décliner depuis à mesure qu’Apple, Samsung et les fabricants chinois se sont imposés.

Ses appareils haut de gamme sont régulièrement bien notés, mais leurs fiches techniques ne suffisent à les imposer face à une concurrence réactive, avec des budgets marketing bien supérieurs. On verra bientôt si le futur HTC U12+ arrivera à inverser la tendance.

HTC est devenu un fabricant d’ordiphones marginal. En septembre 2017, dans une transaction de 1,1 milliard de dollars, près de 2 000 employés ont été transférés chez Google, qui a décidé de produire ses propres appareils.

HTC connaît un succès non négligeable avec son casque de réalité virtuelle VIVE, mais c’est un marché confiné, dominé par Facebook avec ses réserves financières sans limites et son rachat d’Oculus, et la menace de Windows Mixed Reality.

Certains cabinets d’études promettent une croissance extraordinaire à ce segment, qui ne se vérifie pas aujourd’hui.