Clavier papillon de troisième génération

Les nouveaux MacBook Pro, présentés il y a une semaine, intègrent la troisième génération des claviers papillons d’Apple. Un clavier vilipendé pour son toucher creux, son manque de profondeur d’appui, et surtout, par sa propension à tomber en panne, qui fait l’objet d’un programme de réparation gratuite lancé suite à deux actions en justice.

Apple a juste présenté la troisième génération comme étant moins bruyante que les deux précédentes.

Il y a quelques jours, iFixIt, un service spécialisé dans le montage et le démontage d’appareils afin d’évaluer leur propension à être réparés, a été le premier à découvrir qu’une membrane avait été ajoutée au clavier, et à émettre l’hypothèse que c’était pour empêcher la poussière de s’y incruster.

Ce qui est aujourd’hui confirmé par un document interne obtenu par le site MacRumors: une membrane a été ajoutée au clavier afin d’empêcher les débris d’entrer dans le mécanisme papillon.

La membrane passerait en dessous de la couverture de chaque touche. Les guides de réparation du clavier ont été modifiés, car les procédures de réparation ne seront plus les mêmes.

Une bonne nouvelle pour les amateurs de la marque, puisqu’une simple poussière suffit à rendre inopérant un clavier papillon de première ou de deuxième génération.

Processeur Intel Core i9

La principale raison du lancement de nouveaux modèles de MacBook Pro est de rattraper le fossé de performance qui les séparait des ordinateurs portables sous Windows. Ces derniers ont adopté la huitième génération des processeurs mobiles Intel Core il y a un an, alors que les MacBook Pro étaient toujours commercialisés avec des processeurs de septième génération.

Le MacBook Pro 15 pouces le plus haut de gamme est vendu avec un processeur Intel Core i9 hexacœur à 2,9 GHz, avec Turbo boost à 4,8 GHz, moyennant un supplément de 340 euros.

Malheureusement, il semblerait que le boîtier du MacBook ne soit pas adapté à ce processeur, qu’il ne refroidit pas assez.

D’après Dave Lee, en charge de la chaîne éponyme sur YouTube et grand amateur d’Apple, le MacBook Pro 15 pouces avec Core i9 chauffe, et le processeur ralentit afin de ne pas dépasser les limites de température, plus que sur tout autre modèle déjà testé.

Après quelques minutes d’utilisation intensive, sa vitesse serait même inférieure à sa vitesse de base de 2,9 GHz…

La principale différence entre en processeur i7 et un processeur i9, est que, par l’intervention divine du marketing d’Intel, il n’y a plus de modèle i7 pouvant être surcadencé, cette caractéristique étant dorénavant réservée à la ligne i9.

L’intérêt du modèle en question est donc de pouvoir dépasser la fréquence turbo de 4,8 GHz. En n’arrivant même pas à 2,9 GHz en utilisation intensive, ce modèle de MacBook n’a tout simplement aucune raison d’exister.

Si les affirmations de Lee étaient confirmées par d’autres testeurs indépendants, il s’agirait d’un camouflet pour Apple, et d’une déception pour les clients qui peuvent bénéficier des processeurs les plus puissants.