En testant l’ordiphone Honor Play, les testeurs de Anandtech se sont aperçus que Huawei trichait pour obtenir de meilleurs résultats aux benchmarks.

Leur version du système d’exploitation est spécialement conçue pour reconnaître les benchmarks les plus populaires, et configure alors l’appareil pour qu’ils tournent beaucoup plus vite qu’une application normale, en risquant la surchauffe et l’endommagement permanent des batteries.

Sur le test d’efficacité énergétique GFXBench T-Rex Offscreen Power Efficiency, l’Honor Play, équipé du système sur une puce Kirin 970, tourne à 66 images par seconde et une consommation moyenne de 4,39 watts.

Mais avec le logiciel de détection activé, le nombre d’images par seconde et la consommation doublent : 127 images par seconde, 8,57 watts.

Interrogé, Huawei se contente de laisser entendre que l’entreprise triche parce que tout le monde triche. Ce qui est absolument faux, même si, au cours des ans, des entreprises comme HTC et Samsung se sont laissé prendre dans des tricheries similaires.

 


En mars 2018, BlackBerry a poursuivi Facebook en justice devant la Cour fédérale du district central de Californie, l’accusant d’enfreindre 7 brevets dans ses applications mobiles, en particulier WhatsApp et Instagram.

Sans surprise, Facebook répond par sa propre poursuite, accusant BlackBerry d’enfreindre 6 brevets, tous obtenus par acquisition auprès d’AOL, AT&T, Bell South, HP et 3Com.

Depuis que BlackBerry a abandonné la production d’ordiphones, les ventes de licences constituent près de 30 % de son chiffre d’affaires global.

Le directeur juridique de Facebook affirme que « Ayant abandonné ses efforts d’innovation, BlackBerry cherche maintenant à taxer l’innovation des autres. »

Une réponse qui peut faire sourire quand aucun des brevets présentés par Facebook n’ont été développés en interne.

 


La machine à pertes Snap, qui se prend pour un fabricant de caméras, vient de présenter deux nouveaux styles de paires de lunettes : Nico et Veronica.

Elles permettent d’enregistrer jusqu’à 70 vidéos au format 1 216 par 1 216 pixels ou des centaines de photos, au format 1 642 par 1642), en une seule charge. Elles sont résistantes à l’eau.

Elles sont commercialisées sur le site spectables.com. En France, ces nouveaux modèles coûtent 229 euros l’unité.

Ce type de lunettes a connu jusqu’à présent un succès des plus limités – sans doute parce que les gens n’apprécient pas d’être filmés ou photographiés sans leur consentement, et souvent à leur insu.

 


Uber annonce de nouvelles mesures de sécurité pour les conducteurs come pour les passagers. RideCheck est un système qui s’active en cas d’accident potentiel détecté. Dans ce cas, le conducteur comme le passager est invité à utiliser la boîte à outil de sûreté de Uber, qui comprend notamment un bouton pour appeler le 911.

Si une pause trop longue est détectée durant un trajet, le conducteur comme le passager devront répondre à un contrôle de course.

De nouvelles fonctionnalités sont également en cours de développement, comme le contrôle de l’application par la voix, un bouton d’urgence pour le conducteur, la possibilité pour le passager de ne pas entrer d’adresse exacte de départ – afin de préserver son anonymat – en fixant rendez-vous à un croisement.

 


Le service de diffusion et de stockage de vidéo Vimeo change de modèle d’affaires, a confié son CEO à Axios.

Alors que l’entreprise a offert jusqu’à présent des abonnements prémium payants en plus des inscriptions gratuites, en offrant en particulier plus d’espace de stockage et la compatibilité avec des vidéos de plus haute définition, elle espère désormais accroître ses revenus en proposant des services payants aux créateurs de contenus.

En premier lieu Vimeo Stock, un service de vente de licences de clips vidéo et d’outils logiciels pour faciliter la création de vidéos, disponible à la carte ou sous forme d’abonnements.

Vimeo affirme que les fournisseurs de clips seront mieux rémunérés que sur les services concurrents, avec une commission sur les ventes de 60 à 70 %, contre 35 % en moyenne dans l’industrie.

 


Le Sénateur Bernie Sanders a présenté son projet de loi « Stop Bad Employers by Zeroing Out Subsidies Act », qui peut également se lire « Stop Bezos Act », Bezos étant le nom de famille du CEO d’Amazon.

La loi a pour but que les entreprises qui emploient énormément de main d’œuvre à des salaires bas remboursent le gouvernement pour l’assistance fédéral qu’il fournit à cette main d’œuvre.

Alors que la capitalisation boursière d’Amazon a dépassé brièvement le trillion de dollars pour la première fois, Sanders fait remarquer dans un tweet que des milliers de ses travailleurs s’appuient sur les aides alimentaires, médicales, et les logements publics, afin de s’en sortir. « Voilà à quoi ressemble une économie truquée ».

 


Le Règlement général sur la protection des données (RGPD) applicable depuis le 25 mai dernier dans l’Union européenne, interdit le traitement des données biométriques au travail, à quelques exceptions près, comme quand les traitements « nécessaires aux fins de l’exécution des obligations et de l’exercice des droits propres au responsable du traitement ou à la personne concernée en matière de droit du travail (…) dans la mesure où ce traitement est autorisé par (…) le droit d’un État membre ».

La CNIL lance une consultation jusqu’au premier octobre 2018, afin de décider de l’adaptation de cette partie du RGPD dans la législation française.

Le brouillon de la proposition se trouve ici. Toute personne intéressée peut faire parvenir ses remarques, observations et suggestions .

 


Roblox, le premier site de jeux vidéo pour les enfants et les adolescents avec sa plate-forme multijoueur de jeux en ligne, a conclu son tour F de financement avec la levée de 150 millions de dollars.

A la différence de la plupart de ses concurrents, Roblox ne développe pas les jeux vidéo : ce sont des éditeurs tiers qui les développent, mais en s’appuyant sur sa plate-forme. Elle compterait 70 millions d’utilisateurs actifs mensuels et 4 millions de créateurs ayant développé plus de 40 millions d’expériences.

Le financement s’effectue sur la base d’une valeur d’entreprise de 2,5 milliards de dollars. La même somme payée par Microsoft en 2014 pour acquérir Mojang, l’éditeur de Minecraft.

 


Theranos, l’entreprise de test sanguins qui s’est révélée la plus grande fraude de la Silicon Valley, sera bientôt dissoute, peut-on lire dans un courriel à ses actionnaires.

En défaut sur l’un de ses emprunts, l’entreprise va tenter de trouver une solution à l’amiable avec le Fortress Investement Group, puis d’attribuer les liquidités restantes, estimées à 5 millions de dollars, aux créditeurs sans garantie, un processus qui pourrait durer un an.