Le japonais Renesas Electronics, numéro deux des fournisseurs de puces électroniques pour l’automobile, derrière le hollandais NXP Semiconductors, a accepté d’acquérir l’américain Integrated Device Technology (IDT) pour 6,7 milliards de dollars (5,8 milliards d’euros).

Il s’agit d’une prime de 16 % sur le cours de fermeture de lundi de l’action d’IDT, et de 29,5 % avant l’annonce fin août de son intention.

Cette acquisition va compenser la faiblesse de Renesas dans les domaines des puces pour réseaux sans fil, et des puces analogues, qui traitent des signaux tels que le son, la lumière ou la température.

Certains analystes, peu convaincus, expliquent que IDT a peu de clients dans l’automobile. Il faudra donc que l’entreprise réussisse à répondre au cahier des charges spécifique de cette industrie, et de convaincre les fabricants automobiles.

En plus de l’approbation des régulateurs internationaux habituels, Renesas devra obtenir l’aval du Committtee on Foreign Investement in the United States (CFIUS), un comité qui doit évaluer les éventuels problèmes pour la sécurité des États-Unis d’une telle acquisition par une entreprise étrangère.

Renesas va financer la transaction, qui devrait se clore au premier semestre 2019, par un emprunt bancaire de 679 milliards de yens (5,26 milliards d’euros) qui sera remboursé par tranche de 200 milliards (1,55 milliard d’euros) chaque année.