D’après Bloomberg, Amazon évalue un plan de lancement de jusqu’à 3 000 supérettes Amazon Go sans caisses enregistreuses, qui vendraient de la nourriture fraîchement préparée, voire également une sélection limitée d’articles d’épicerie.

Ce qui concurrencerait directement des chaînes comme 7 Eleven, Subway, ainsi que les food trucks.

Les supérettes fonctionneraient comme le magasin sans caisse lancé à son quartier général de Seattle en 2016, ainsi que les deux autres ouverts depuis.

Le client lance une application sur son ordiphone, et le scanne à un tourniquet. Ensuite, il peut prendre les articles qu’il souhaite, et quitter le magasin sans passer par une caisse. Des capteurs assistés par la vision par ordinateur détectent ce qui a été pris et facturent directement les articles.

Le client évite ainsi de faire la queue pour acheter des boissons, des sandwichs, des goûters etc.

Jeff Bezos, le CEO d’Amazon, a déjà affirmé qu’il était très intéressé par les magasins physiques, mais seulement s’il a à offrir quelque chose de nouveau.

Le géant du commerce en ligne pourrait ouvrir 10 emplacements cette année, 50 en 2019, et jusqu’à 3 000 en 2021, ce qui en ferait l’une des plus grandes chaînes de supérettes des États-Unis.

Il viserait en priorité les quartiers urbains densément peuplés par des jeunes prospères, prêts à dépenser plus qu’aux fast-foods pour une nourriture de meilleure qualité.

Le problème est le coût : il faudra sans doute plus d’un million de dollars par supérette.

Or, le cours astronomique de l’action Amazon repose sur la promesse, qu’après des décennies de pertes, les profits qui commencent à s’accumuler continuent de croître rapidement.

Un tel investissement aurait un impact majeur sur les profits des trois prochaines années.