Waymo, la filiale de véhicules autonomes d’Alphabet, est la première entreprise à obtenir l’autorisation de tester ses voitures en Californie sans qu’un conducteur ne soit présent, sur des voies publiques. Jusqu’ici, la Californie limitait les tests sans conducteur à des tests sur circuit.

Elle obtient un permis pour jusqu’à 40 véhicules sans chauffeur, qui peuvent se déplacer de nuit comme de jour, dans les rues des villes, les routes rurales et les autoroutes, avec une vitesse jusqu’à 105 km/h.

Les tests sont restreints dans une aire autour de Mountain View, la ville où se situe le siège social de Google. Dans un deuxième temps, l’entreprise élargira la zone de test après en avoir demandé l’autorisation à l’autorité compétente, le California Department of Motor Vehicules.

Waymo teste déjà ses véhicules autonomes, mais avec un conducteur à bord en cas de difficulté, depuis dix ans en Californie.

Ce n’est pas le premier État dans lequel elle teste des voitures sans conducteur : depuis l’an dernier, elle les effectue à Phoenix en Arizona.

Waymo affirme que la sécurité est sa première préoccupation. Elle a déjà effectué 10 millions de miles (16 millions de kilomètres) en voiture autonome, et 7 millions de miles (11 millions de kilomètres) en simulation.

Si une voiture se trouve dans une situation qu’elle ne comprend pas, elle effectuera un arrêt en toute sécurité et contactera le service de support.

Certains estiment pourtant qu’il est encore trop tôt pour ce type de tests. Ils rappellent qu’une piétonne a été tuée l’an dernier par un véhicule autonome de Uber, alors même qu’elle fut détectée, et qu’un conducteur était présent à bord. Ce dernier, supposé rester attentif, regardait une vidéo.