SoftBank Group vient de publier ses résultats financiers pour le deuxième trimestre de son exercice 2018.

D’une année sur l’autre, son chiffre d’affaires augmente de 7 % à 2 381 milliards de yens (18,48 milliards d’euros) et son résultat d’exploitation bondit de 78 % à 706 milliards de yens (5,48 milliards d’euros).

La croissance du résultat d’exploitation dépasse de très loin les attentes des analystes financiers, et consacre la stratégie de son CEO, Masayoshi Son, qui transforme son groupe d’un opérateur de télécommunication à une société de participations stratégiques : SoftBank 2.0.

Les bénéfices issus du fonds d’investissement gigantesque (environ 100 milliards de dollars) SoftBank Vision Fund, qui investit dans la technologie, est géré par SoftBank, et compte l’Arabie Saoudite comme investisseur principal, sont supérieurs à la somme des bénéfices de toutes ses autres divisions.

Parmi les gains les plus importants, on compte l’appréciation de la valeur de NVIDIA et de OYO Rooms, un site en ligne indien d’hôtellerie.

SoftBank souhaite introduire en Bourse son activité de télécoms au Japon afin de pouvoir financer les prochaines acquisitions du Vision Fund. Toutefois, ce plan est remis en question par l’agressivité du numéro un NTT Docomo, qui veut baisser ses prix de 40 %. Suite à l’annonce, les trois premiers opérateurs du Japon ont perdu plus de 30 milliards d’euros de capitalisation boursière.

Les liens du SoftBank Vision Fund avec l’Arabie Saoudite sont un problème en ce moment, avec l’assassinat du journaliste Jamal Khashoggi, un critique du gouvernement, par des agents saoudiens dans son consulat en Turquie, et l’enchaînement d’explications contradictoires et peu crédibles.

De nombreuses personnalités des mondes des affaires et de la politique ont ainsi annulé à la dernière minute leur participation à la conférence annuelle de l’Arabie Saoudite sur l’investissement.

Son a dû  se justifier et répondre à de nombreuses questions lors de la conférence de presse.

Il annonce une réduction d’effectif de 40 % dans ses opérateurs mobiles, dont les postes seront remplacés par l’automatisation.

Le cours de l’action de SoftBank a augmenté cette année de 29 % jusqu’au pic de septembre. Depuis, tous ces gains ont été perdus à cause de l’assassinat d’une part, et de la chute brutale du cours des actions des entreprises de technologie en octobre d’autre part.