D’une année sur l’autre, le marché des enceintes intelligentes a crû de 137 % au troisième trimestre 2018, atteignant 19,7 millions d’unités vendues d’après le cabinet d’études Canalys.

La croissance semble donc se ralentir, puisqu’elle était de 187 % au deuxième trimestre.

C’est un marché que se partagent quatre acteurs.

Amazon, qui contrôlait les trois quarts du marché il y a un an, reste en tête, mais avec une part de marché au troisième trimestre de seulement 31,9 %.

L’entreprise est talonnée par Google, avec une croissance de 187 % pour atteindre 29,8 % de parts de marché.

Les chinois Alibaba et Xiaomi, partis de presque rien il y a un an, obtiennent respectivement 11,1 % et 9,7 % de parts de marché. Baidu, qui vient d’investir ce marché, risque de bousculer ce duopole national.

On notera l’absence non commentée d’Apple. Dans ces conditions, il est difficile de savoir si la marque s’est fait oblitérer avec un HomePod nettement plus cher que la concurrence, ou si Canalys n’a pas d’information concernant Apple. Car la catégorie Autres représente tout de même 17,4 % du marché.

Autre fait notable, ce sont d’abord les Américains et les Chinois qui achètent les enceintes intelligentes. À eux deux, ils absorbent plus de 70 % des ventes.

L’intérêt de ces enceintes dépend de la compréhension orale que les services ont de ce que demande l’utilisateur oralement. Il faut donc adapter l’offre aux langues et aux cultures, ce qui prend du temps et nécessite des investissements considérables.

En France, la gamme d’enceintes d’Amazon est disponible depuis la mi-juin.