La trottinette électrique est la dernière technologie à la mode des solutions de micromobilité.

VOI Technology, une jeune pousse suédoise de partage de trottinettes électriques, vient de lever 50 millions de dollars (44 millions d’euros) de financement de Balderton Capital, le gestionnaire de la levée, avec des investisseurs comme Vostok New Ventures et LocalGlobe, tout comme des investisseurs providentiels comme Nicolas Brusson (BlaBlaCar), Jeff Wilkes (Amazon) ou Sebastian Knutsson (King).

Il s’agirait du deuxième tour de financement d’une entreprise créée en août 2018 par Fredrik Hjelm, Douglas Stark, Adam Jafer et Filip Lindvall, le premier ayant rapporté trois millions de dollars.

VOI met à disposition des trottinettes électriques à Stockholm, Madrid, Malaga et Zaragoza.

Elle offre une application sur Android et iOS, qui permet de repérer la trottinette la plus proche, et de la louer pour un trajet. La location coûte un euro, plus 0,15 centime par minute.

Ce moyen de locomotion est vanté comme étant vert, car il remplacerait la voiture pour le premier et le dernier kilomètre d’un trajet, réduisant la congestion et la pollution.

Un argument dont on peut douter vu l’âge de la clientèle potentielle, et la distance que l’on peut parcourir : il ne serait pas étonnant que ces courses remplacent plutôt les transports en commun ou les vélos, et surtout les pieds.

Avec ce tour de financement, VOI veut se développer danstoute l’Europe: Allemagne, Belgique, France, Italie, Luxembourg, Norvège, Pays-Bas et Portugal. Les offres d’emploi montrent que la jeune pousse recherche aussi des responsables pour le Danemark, la Finlande, la Grèce, la Turquie et la Suisse.

En trois semaines, VOI aurait touché 120 000 utilisateurs, qui ont effectué 200 000 trajets.

Fredrik Hjelm n’hésite pas à affirmer qu’ils ont drastiquement changé les comportements en très peu de temps.

Certains obstacles pourraient toutefois affecter cette vision paradisiaque de la micromobilité.

Dans de nombreux pays, le port du casque est obligatoire, mais il n’est pas fourni. C’est une habitude que les utilisateurs devront prendre, tout comme respecter le Code de la route, ne pas utiliser le trottoir, partager en bonne intelligence les pistes cyclables et les routes avec les vélos et autres moyens de locomotion, respecter le matériel, ne pas le voler, ne pas l’utiliser à plusieurs en même temps.

La concurrence s’annonce rude.

À Berlin, Tier a levé 25 millions d’euros pour un projet similaire. À Paris, Taxify a lancé le service de trottinettes électrique Bolt en septembre. Les Américains Bird et Lime se développent aussi en Europe.