D’après OpenSignal, la vitesse de téléchargement mobile d’un ordiphone est plus rapide qu’en Wi-Fi dans 33 Pays, soit 41 % des 80 pays que l’entreprise a étudiés pour cette étude. Un pourcentage qui monte à 63 % quand on ne considère que les pays qui offrent la 4G.

L’intérêt, comme les limites, des statistiques d’OpenSignal, sont qu’elles se basent sur des mesures réelles, effectuées à partir des téléphones mobiles des personnes qui ont téléchargé son application. Les résultats seront donc beaucoup plus proches de la réalité, la plupart du temps, que des tests plus synthétiques.

Par le passé, le Wi-Fi a toujours été plus rapide et moins cher qu’une connexion de donnée cellulaire. OpenSignal nous invite à remettre en question cette affirmation, à l’heure de la 4G.

On pourrait croire que la Wi-Fi est plus rapide que les réseaux cellulaires dans les pays émergents, mais ce n’est pas le cas : il s’agit tout aussi bien de pays industrialisés comme la France ou l’Australie.

En France, la vitesse de téléchargement typique serait de 17,7 Mbps sur Wi-Fi, et de 20,3 Mbps sur portable : une différence de 2,5 Mbps, soit plus de 10%.

C’est en Algérie que la différence est la moins grande, avec 1,2 Mbps, alors qu’en Australie elle s’élève à 13 Mbps.

D’une manière générale, plus un réseau fixe est avancé (fibre), plus le Wi-Fi est fort comparé au cellulaire.

L’étude montre que les utilisateurs restent plus longtemps connectés sur le WiFi que sur le réseau mobile pour les téléchargements. S’il ne semble y avoir aucune corrélation avec la vitesse relative de téléchargement, OpenSignal avance que cela s’explique parce que la plupart des ordiphones se connectent automatiquement au Wi-Fi.

Nous proposons une explication encore plus simple : comme la plupart des consommateurs ne bénéficient pas d’abonnements illimités en données mobiles, ils utilisent le Wi-Fi pour s’assurer de ne pas dépasser leur forfait.

Dans la plupart des pays étudiés, quand le téléchargement est plus rapide sur un type de réseau, le téléversement l’est aussi.

Ce n’est toutefois pas le cas de la France, de l’Équateur, du Koweït et de Taïwan.