Les investisseurs semblent moins excités par le marché de la location de trottinettes électriques qu’il y a quelques mois, et moins prêts à investir sur la base de valeurs d’entreprises délirantes.

Le Wall Street Journal affirme que Bird Rides Inc a cherché à lever plusieurs centaines de millions d’euros sur la base d’une valeur d’entreprise substantiellement plus élevée que lors de son dernier tour de financement, mais que, au vu du manque d’intérêt, la jeune pousse a finalement abandonné ses plans.

Son Rival Lime, qui cherchait à lever des fonds sur la base d’une valeur d’entreprise de 4 milliards de dollars, serait prête à négocier sur la base de 2 à 3 milliards.

Des sommes déjà très élevées pour des entreprises de moins de 2 ans d’existence.

En général, la location est facturée un dollar, plus 15 cents par minute. Le scooter est laissé sur le trottoir en fin de course.

Au début, les investisseurs se sont précipités à la suite de petits tests dans des villes de Californie où certains scooters rapportaient plus de 20 dollars par jour, pensant qu’il serait rapide de rentabiliser une trottinette à 500 dollars.

La situation est toutefois moins rose que les projections.

Un unique fabricant de trottinettes chinois alimente presque toutes les jeunes pousses. Malgré cela, elle fournit des modèles grand public, qui ne sont pas adaptés à un usage intensif, et qui tombent en panne rapidement. On doit parfois les jeter au bout de deux mois d’utilisation.

Le vandalisme et le vol sont deux problèmes de taille. Dans le cas de Scoot Networks, un petit opérateur de San Francisco, près du tiers de son parc a été volé ou vandalisé au-delà du réparable en deux semaines après son lancement, dépassant de loin les prévisions les plus pessimistes.

Ce à quoi nous ajouterions la menace potentielle des litiges en assurance : les chutes se transforment souvent en accidents graves et des soins coûteux. Or une grande partie de l’attractivité de l’offre est de pouvoir choisir spontanément ce mode de transport.

Si le client devait prévoir le casque, les protections pour les genoux, les mains et les avant-bras comme un amateur de rollers, seraient-ils aussi prêts à louer une trottinette ?

C’est sans doute une raison qui incite certaines municipalités à les interdire, alors que les voies accueillent déjà les piétons et les cyclistes.