Au quatrième trimestre 2018, le chiffre d’affaires de Snap augmente, d’une année sur l’autre, de 36 % à 390 millions de dollars, et sa perte d’exploitation se contracte de 46 % à -195 millions de dollars – respectivement 342 et -171 millions d’euros.

Des résultats fort bien accueillis par la Bourse avant son ouverture : le cours de l’action augmente de 16 %.

Pourtant, rien n’a vraiment changé : l’entreprise continue de produire chaque trimestre des pertes monstrueuses dont le total se compte en milliards de dollars.

Le nombre d’utilisateurs actifs quotidiens chute de 1 million à 186 millions, ce qui ne semble pas encourageant quand même Facebook, le réseau social le plus proche de la saturation, les a augmentés durant la même période de 9 % à 1,52 milliard.

Pour le trimestre en cours, Snap vise un chiffre d’affaires compris entre 285 et 310 millions de dollars (entre 250 et 272 millions d’euros), et un EBITDA ajusté compris entre -165 et -140 millions de dollars (entre -145 et -123 millions d’euros). Alors que son jeune CEO milliardaire, Evan Spiegel, prétend*

« Nous sommes substantiellement plus près d’atteindre la profitabilité, ayant maintenu une structure de coûts relativement plate au cours des cinq derniers trimestres alors que nous avons augmenté les ventes annuelles de 43 % par rapport à l’année précédente. »

 

* Traduction: Le Diligent