Les systèmes s’appuyant sur le standard américain de géolocalisation GPS, mais qui ne sont pas compatibles avec sa dernière version IS-GPS-200, et qui ne peuvent être mis à jour, risquent de dysfonctionner dès le samedi 6 avril 2019. En simplifiant, les appareils d’avant 2010.

En cause, la façon dont est codée la date, avec le nombre de semaines passées depuis le 6 janvier 1980 codé sur 10 bits, soit 1 024 possibilités. Le 6 avril, ce chiffre va repasser à zéro, et risque d’être mal interprété par les appareils qui ne sont pas aux dernières normes, ainsi que les appareils qui ne gèrent pas correctement le passage à la valeur zéro.

Non seulement les dates risquent d’être incorrectes, mais également les positionnements calculés à partir d’elle.

Ce qui pourrait être gênant dans une vieille voiture ou dans un vieux bateau, pourrait être catastrophique dans les infrastructures critiques qui exploitent le GPS pour obtenir l’heure et la date, et/ou pour se synchroniser, comme les centres de données.

C’est pourquoi le Département de la Sécurité intérieure des États-Unis recommande aux opérateurs et aux propriétaires d’infrastructures critiques d’enquêter sur leur vulnérabilité à ce risque, de mettre à jour le micrologiciel de leurs appareils, et de contacter les fabricants pour vérifier s’ils sont prêts pour le 6 avril et les mesures éventuelles à prendre.