Moins de deux semaines après avoir annoncé, au cours d’une conférence de presse sans doute illégale, car réservée à quelques médias, que Tesla allait fermer tous ses magasins, supprimer les postes de travail, passer exclusivement à la vente en ligne de ses produits, lancer le Model 3 XR (Model 3 Light) à 35 000 $ et diminuer fortement le prix de vente des autres modèles de véhicules électriques, Elon Musk, son CEO, fait déjà marche arrière.

Sur le blogue de Tesla, il indique que Tesla va finalement fermer moins de magasins que prévu, et augmenter à nouveau le prix de ses voitures de 3 %, à l’exception du Model 3 de base.

Malgré tout, toutes les ventes s’effectueront en ligne, les conseillers se contentant de montrer aux prospects comment commander sur internet, et aucun test des voitures ne sera proposé…

Tesla aurait déjà fermé 10 % de ses locations, et va désormais examiner le sort de 20 % d’entre elles.

Ce revirement intervient après que le plus gros loueur de locaux commerciaux de Tesla a publiquement affirmé que Tesla ne pourrait pas s’en tirer sans payer. Apparemment, Musk avait oublié que ses contrats de location l’engageaient sur la durée…

Les employés de Tesla sont les premières victimes du comportement instable de leur CEO, n’apprenant souvent leur sort que quelques heures avant d’être remerciés. Avec le nouveau système, ils perdent de facto la plus grande partie de leur rémunération : l’intéressement aux ventes. En même temps, il leur serait interdit de prendre des congés, de peur qu’ils cherchent un nouvel employeur.

Cette décision risque de ne pas améliorer l’image du groupe, qui s’est déjà fortement détériorée ces derniers mois.

Avant ce soir, Musk doit également expliquer au juge fédéral en charge de l’affaire pourquoi il ne devrait pas être accusé d’outrage à la Cour, pour ne pas avoir, d’après la SEC, avoir respecté l’accord signé en septembre avec cette dernière, qui prévoit le contrôle systématique de ses tweets par un avocat avant leur publication.

Aujourd’hui également, un nouveau tireur d’alarme a déposé ses doléances contre Tesla auprès de la SEC. Il s’agit de son ancien chef de la sécurité, qui confirme les accusations de Karl Hansen, un tireur d’alarme dont les doléances ont été déposées en août dernier.

Dans trois jours, Elon Musk va présenter le Model Y, en espérant exciter l’intérêt des automobilistes, alors que les ventes de véhicules électriques de Tesla au premier trimestre s’annoncent exécrables.