NVIDIA a annoncé avoir trouvé un accord avec Mellanox portant sur l’acquisition de cette dernière pour 6,9 milliards de dollars (environ 6,1 milliards d’euros), entièrement en numéraire, ce qui correspond à une prime de 14 % sur le cours de clôture de vendredi.

La transaction doit encore être autorisée par les autorités compétentes, ce qui ne devrait pas poser problème, estime Jensen Huang, fondateur et CEO de NVIDIA.

Mellanox est un des premiers fournisseurs de solutions d’interconnection de bout en bout compatibles Ethernet et InfiniBand, pour les serveurs, le stockage et les infrastructures ‘hyperconvergentes’.

L’entreprise se concentre uniquement sur la conception de ses puces à usage particulier (ASIC), qui sont produites par le fondeur TSMC.

Fondée en 1999, Mellanox dispose d’un siège en Californie et d’un autre en Israël.

En 2018, le chiffre d’affaires de Mellanox a progressé de 36 % à 1,1 milliard de dollars, et son résultat d’exploitation s’élevait à 112 millions de dollars, contre une perte de 17 millions un an auparavant.

De nombreuses entreprises, dont Intel, Microsoft et Xilink, étaient intéressées par l’acquisition, mais NVIDIA a remporté les enchères.

InfiniBand est l’un des interconnect les plus rapides pour relier deux serveurs, en compétition avec Omni-Path de Intel. NVIDIA a également développé aussi son interconnect : NVLink, afin de relier les coprocesseurs graphiques entre eux, et/ou avec les processeurs.

Cette acquisition, la plus grande à ce jour pour NVIDIA, a pour objectif de renforcer sa position sur le marché des centres de données.

D’abord un développeur de cartes graphiques pour ordinateurs de joueurs, NVIDIA s’est développée ces dernières années dans l’informatique haute performance et dans les centres de données, car ses cartes sont d’excellents accélérateurs de calculs, en particulier pour les charges de travail à la mode comme celles de l’intelligence artificielle et de la science des données.