Daniel Ek, CEO de Spotify, a annoncé que son entreprise portait plainte contre Apple auprès de la Commission européenne.

Il accuse l’entreprise californienne d’abuser de sa position dominante avec iOS et l’App Store, en édictant des règles qui l’avantagent, en tant que vendeuse de services numériques en compétition avec des entreprises comme Spotify ou Netflix.

Spotify aurait tenté de négocier pendant longtemps, avant de se résoudre à se plaindre auprès des autorités antitrust européennes.

Par exemple, Apple reçoit une somptueuse commission de 30 % sur les ventes dans son App Store, y compris quand un abonné de Spotify passe d’un abonnement gratuit à un abonnement payant.

Si Spotify ajuste son prix en conséquence, son service devient bien plus cher qu’Apple Music, le service concurrent d’Apple.

Si Spotify refuse ce système de paiement, Apple applique des restrictions techniques qui limitent l’expérience avec son application de diffusion de musique : elle limite ses possibilités de communication avec ses utilisateurs, y compris parfois en l’empêchant de les contacter ; elle bloque régulièrement les mises à jour de Spotify ; Elle empêche Spotify, et d’autres concurrents, de rendre leurs services compatibles avec ses autres services comme Siri, HomePod et Apple Watch.

Ek affirme que Spotify ne cherche aucun traitement de faveur. Il souhaite juste que son application soit traitée comme celles de Uber et Deliveroo, qui ne doivent pas s’acquitter de la taxe Apple de 30 %.

Il souhaite que les applications d’Apple, comme Apple Music, soient traitées comme les autres applications de l’App Store ; Que les consommateurs puissent réellement choisir leur système de paiement ; et qu’il soit interdit à l’App Store de contrôler les communications entre les services et leurs utilisateurs.

Il nous semble que les autorités antitrust auraient dû s’intéresser depuis longtemps aux magasins virtuels, en particulier l’Apple App Store et le Google Play, chacun en situation de monopole sur son propre marché.

Voilà qui les poussera peut-être à s’y intéresser.