D’une année sur l’autre, le chiffre d’affaires de Huawei augmente de 19,5 % à 721 milliards de yuans, et son résultat net augmente de 25 % à 59,3 milliards de yuans – respectivement 95,7 et 7,9 milliards d’euros.

Des résultats largement poussés par la division grand public (ordiphones, tablettes, ordinateurs), avec un chiffre d’affaires en hausse de +45 %, ce qui en fait la première division du groupe, et la division Entrerprise, +24 %, alors que les ventes de la division Opérateurs télécoms baissent, pour la première fois, de -1,3 %.

Huawei reste toutefois l’équipementier télécoms numéro un au monde.

L’avenir de cette activité inquiète, les États-Unis tentant de convaincre les autres pays de ne pas équiper leurs réseaux 5G avec des matériels Huawei.

Au Royaume-Uni, le HCSEC vient de publier son rapport annuel, très critique contre Huawei, même s’il ne recommande pas son abandon.

Son directeur juridique, Song Liuping, rappelle qu’espionner serait du suicide, et que le groupe n’a pas l’intention de se suicider.

Avec le succès de ses ordiphones haut de gamme, Huawei est devenu le numéro trois du secteur, et ambitionne de devenir numéro un cette année.

Ironiquement, la deuxième région de plus forte croissance, après l’Europe Moyen Orient Afrique, +24,3 %, est l’Amérique, avec une croissance de +21,3 %.

Lors de la conférence de presse, Guo Ping, président tournant de Huawei, a indiqué que le groupe visait une croissance à deux chiffres cette année.