Qualcomm et Apple ont conjointement annoncé un accord pour abandonner toutes les actions en justice en cours, dans le monde entier, entre les deux entreprises.

L’accord prévoit un paiement d’Apple à Qualcomm dont le montant n’est pas divulgué.

De même, les deux entreprises ont signé un accord de licence sur six ans, valable dès le 1er avril 2019, incluant une option pour le rallonger de deux ans, qui donnera lieu au paiement de redevances à Qualcomm. Enfin, les deux entreprises ont signé un accord pluriannuel d’approvisionnement de puces.

Le cours de l’action de Qualcomm a bondi de plus de 34 % suite à cette annonce, avant l’ouverture de la Bourse.

L’accord intervient alors que les deux entreprises avaient entamé un procès devant une cour fédérale, chacun exigeant des dommages et intérêts de plusieurs milliards de dollars.

Depuis deux ans, les deux entreprises se battaient violemment, commercialement comme juridiquement, sur fonds d’abus de position dominante, de non-respect des brevets essentiels à des standards, et de redevances jugées exorbitantes.

Intel est ainsi devenu le fournisseur exclusif de modems pour iPhones en 2018.

Il est presque sûr que les deux entreprises peuvent remercier Intel, et son incapacité à fournir à Apple des modems 5G en temps et en heure pour les futurs iPhones, pour ces accords : alors que Steve Mollenkopf, CEO de Qualcomm affirma en novembre 2018 que les deux entreprises étaient sur le point de trouver un accord, Tim Cook, CEO d’Apple, le contredit, affirmant qu’Apple n’avait pas pris part à des discussions sur un accord depuis le troisième trimestre 2018.

Qualcomm est l’un des premiers fournisseurs de modems pour la 5G, comme du reste pour la 4G.

Pour autant, Qualcomm fait toujours l’objet d’actions en justice, ou d’enquêtes, sur ses abus présumés de position dominante dans le domaine des puces mobiles.