Le Financial Times affirme que la Commission européenne va lancer une enquête antitrust officielle contre Apple dans les prochaines semaines, après que Spotify a accusé cette dernière de pratiques anticoncurrentielles.

Spotify a déposé en mars 2019 une plainte auprès de la Commission contre Apple, qui abuserait de la position dominante de son App Store en faveur de son propre service de diffusion de musique en continu Apple Music.

En particulier, Apple prélève une commission de 30 % sur les abonnements vendus à travers l’App Store, notamment sur les services de musique, mais pas sur d’autres, comme Uber.

La Direction générale en charge de la concurrence, après avoir examiné la plainte de Spotify, et interrogé des clients, des compétiteurs et d’autres parties prenantes du secteur de la musique, aurait décidé de lancer une enquête formelle sur le comportement d’Apple.

Deezer partagerait l’analyse de Spotify, tout comme d’autres compétiteurs qui n’oseraient s’exprimer publiquement.

Le groupe américain risque une amende jusqu’à 10 % de son chiffre d’affaires annuel global. En général, les entreprises visées négocient et trouvent un accord en promettant de changer leur comportement avant d’en arriver là.

Ni Apple, ni Spotify n’ont souhaité commenter l’exclusivité.

Apple conteste déjà la décision de la Commission européenne selon laquelle les avantages fiscaux conférés à l’entreprise californienne pendant plus de dix ans constituaient des aides d’États illégales, et donc qu’Apple devait rembourser 13 milliards d’euros, plus les intérêts, d’arriérés d’impôts aux autorités fiscales irlandaises.

Si les amendes antitrust de la Commission contre les entreprises peuvent sembler unilatérales, les États-Unis imposent des amendes encore bien plus larges contre les entreprises européennes, au prétexte qu’elles ne respecteraient pas certains embargos ou autres décisions unilatérales américaines.