Quelques jours après l’annonce de l’acquisition de Looker par Google, Salesforce acquiert Tableau pour 15,7 milliards de dollars (13,9 milliards d’euros), une transaction entièrement en échange d’actions.

Numéro un de la gestion de la relation client, Salesforce s’offre ce qu’il affirme être la plateforme d’analyse numéro un dans le monde. Pour Marc Benioff, président et CEO de Salesforce, cette acquisition réunit deux plateformes critiques dont tout client a besoin pour comprendre son monde.

Tableau va continuer d’opérer indépendamment, sous sa propre marque. Son siège restera à Seattle, et l’entreprise sera toujours dirigée par son CEO actuel, Adam Selipsky.

Fondée en 2003, Tableau s’est développée avec sa plateforme d’analyse qui offre des outils avancés de visualisation de données. L’entreprise fut introduite au New York Stock Exchange en 2013.

Sa solution est disponible comme logiciel de bureau, logiciel pour serveurs dans les infrastructures du client, ou comme logiciel en tant que service (SaaS) dans le nuage.

Au premier trimestre, son chiffre d’affaires s’élevait à 282 millions de dollars, en hausse de 15 % en glissement annuel, et sa perte nette doublait à -89 millions de dollars.

Depuis 2009, ses pertes cumulées s’élèvent à -560 millions de dollars, et même -760 millions sans un changement de norme comptable en 2018.

Ce qui explique sans doute pourquoi les analystes financiers estiment que le prix d’achat de Tableau est trop élevé. Le cours de l’action de Salesforce perd 5,26 % suite à l’annonce de l’acquisition.