Le conseil d’administration de Foxconn, également connue sous le nom Hon Hai Precision Industry , a nommé Young Liu comme président.

Liu est le chef actuel de la division Puces électroniques  de l’entreprise.

Il remplace Terry Gou, fondateur du groupe, qui ambitionne de devenir le président de Taïwan en 2020, et pour y parvenir, d’obtenir maintenant une nomination au parti.

Gou restera au conseil d’administration et reste le premier actionnaire du groupe. Il a formellement passé le relais à Liu aujourd’hui lors de l’assemblée générale annuelle à Taïpei.

Foxconn est le plus grand fabricant de produits en marque blanche du monde. L’entreprise produit notamment la plupart des iPhones d’Apple.

Interrogé par les reporters, Liu indique qu’il a des sentiments fort compliqués, et qu’il travaillera pour maximiser l’intérêt des actionnaires.

Une tâche qui semble de plus en plus difficile à mesure que Trump détériore les relations commerciales des États-Unis et de la Chine.

Il a imposé des taxes d’importation sur plus de 300 milliards de dollars de produits chinois, y compris les ordiphones et les ordinateurs portables, au cœur de l’activité du groupe. Il menace d’imposer des taxes sur l’ensemble des importations de Chine, si la Chine riposte.

Cette dernière est prête à négocier mais affirme qu’elle répondra avec détermination.

Trump pourrait rencontrer Xi Jinping à Osaka en marge du sommet du G20 fin juin, mais la possibilité d’un accord est minimisée.

Le temps joue contre Trump, qui démarre sa campagne de réélection. Tous les industriels et tous les distributeurs des États-Unis lui ont fait part de la catastrophe que serait un tarif douanier de 25 % sur l’ensemble des produits chinois.

La plupart, comme les chaussures, ne pourront pas être importées de sources alternatives à temps, et il faudra s’attendre à des hausses de prix considérables.