La jeune pousse de trottinettes électriques Bird veut faire de Paris son centre européen, « sa deuxième maison » après Santa Monica, annonce-t-elle dans un communiqué.

Pour cela, Bird prévoit d’embaucher 1 000 personnes d’ici deux ans.

Une annonce qui a sans doute pour but de se faire bien voir par Anne Hidalgo, maire de Paris, qui veut limiter les permis d’opérateur de trottinettes électriques à 2 ou 3 jeunes pousses.

Toutefois, d’après The Information, les résultats de Bird sont exécrables. La jeune pousse aurait perdu 100 millions de dollars au premier trimestre, pour un chiffre d’affaires en baisse à 15 millions de dollars.

Impressionnant quand on sait qu’il aura fallu 700 millions de dollars de levées de fonds pour y parvenir…

Bird aurait moins de 100 millions de dollars de liquidités restantes, et chercherait à lever 300 millions de dollars pour poursuivre ses opérations.

 

On peut se demander combien de temps les capital-risqueurs vont continuer à financer les énormes pertes des jeunes pousses sur lesquelles ils ont parié, dans le but unique d’être propriétaire de la dernière à ne pas avoir fermé.

Si l’on observe Uber et Lyft sur un autre marché du transport, ce n’est pas parce que la concurrence est largement éliminée que l’on produit ses premiers profits, loin de là.