La plateforme de travail collaboratif Slack lance un nouveau client sous Windows et un nouveau client sous macOS, qui devraient être disponible globalement dans les prochaines semaines.

Le thème principal de cette mise à jour, sur laquelle l’entreprise travaillerait depuis plus de deux ans, est l’amélioration des performances.

L’entreprise promet un démarrage 33 % plus rapide, ainsi qu’une consommation de mémoire vive divisée par deux. Joindre un appel serait dix fois plus rapide qu’auparavant.

La technologie de base est inchangée : Slack est bâti sur le projet open source Electron, un cadriciel pour la création d’applications sous Windows, macOS et Linux.

React, une librairie JavaScript pour construire des interfaces graphiques, a en revanche été adopté pour réécrire tous les éléments de l’interface.

En plus des performances, les clients pour Slack devraient se comporter avec plus de grâce en cas de mauvaise connectivité à internet ou en cas de hors-ligne, même si Slack n’est pas allée jusqu’à développer un mode hors ligne.

On peut ainsi lire les conversations et les canaux déjà ouverts sans message d’erreur.

Depuis sa création en 2013, Slack a séduit 10 millions d’utilisateurs actifs quotidiens, dont 85 000 utilisateurs payants.

Toutefois, Microsoft Teams, inclut dans Office 365, lui fait de plus en plus d’ombre. Durant la conférence téléphonique pour les résultats financiers du quatrième trimestre de son exercice fiscal 2019, Satya Nadella, son CEO, a affirmé que Teams comptait plus de 13 millions d’utilisateurs actifs quotidiens.