D’une année sur l’autre, le chiffre d’affaires semestriel de Huawei augmente de 23,2 % à 401 milliards de yuans, soit environ 52 milliards d’euros, et sa marge nette s’élèverait à 8,7 %.

D’après Bloomberg, il s’agit d’une décélération de la croissance dramatique, à cause de sa mise à l’index aux États-Unis : de 39 % au premier trimestre à 13 % au second trimestre.

Le président Liang Hua confie que la fourniture de composants critiques depuis les États-Unis n’a pas repris, malgré les affirmations du président Donald Trump en juin.

Si cela continue, Huawei pourrait devoir remplacer Android sur ses ordiphones par un autre système d’exploitation mobile.

Par division :

Les ventes aux opérateurs télécoms s’élèvent à 146,5 milliards de yuans (18,4 milliards d’euros). Le groupe ne peut pas vendre ses produits 5 g dans des pays comme les États-Unis, le Japon, l’Australie et la Nouvelle-Zélande.

Les ventes aux entreprises s’élèvent à 31,6 milliards de yuans (4,1 milliards d’euros).

Les ventes aux particuliers s’élèvent à 220,8 milliards de yuans (28,7 milliards d’euros). Huawei a vendu 118 millions d’ordiphones (Huawei + Honor), soit 24 % de plus qu’au premier semestre 2018.

L’entreprise est confiante dans son futur, et prévoit des dépenses en recherche et développement de 120 milliards de yuans sur l’ensemble de l’exercice, soit environ 15,6 milliards d’euros.

D’après Canalys, 64 % des ordiphones de Huawei sont vendus en Chine, où sa part de marché s’élève à 38,2 % au 2e trimestre.