Le numéro deux américain du commerce en ligne eBay poursuit en justice le numéro un Amazon devant la cour fédérale du district nord de la Californie pour violations de la loi Racketeer Influenced and Corrupt Organizations Act.

Trois des cadres d’Amazon sont accusés d’avoir ordonné à des dizaines d’employés d’utiliser illégalement le système de messagerie d’eBay afin d’enrôler ses vendeurs.

Les actions des employés seraient coordonnées, ciblées, et conçues pour faire du tort à eBay.

L’automne dernier, eBay avait accusé Amazon d’approcher illégalement ses vendeurs dans une affaire qui est en cours d’arbitrage.

Le système de messagerie d’eBay est conçu pour la communication entre acheteurs et vendeurs. Il est exclusivement interdit de l’utiliser pour solliciter des vendeurs ou partager des coordonnées afin de communiquer par téléphone ou par courriel.

Plus de la moitié des ventes d’Amazon sont des produits vendus par des entreprises tierces.

Ces accusations antitrust sont inopportunes pour Amazon, qui fait l’objet d’un examen de plus en plus approfondi des régulateurs de Washington, et de l’ouverture d’une enquête antitrust par la Commission européenne.

Les vendeurs jouent un rôle toujours plus primordial pour les deux entreprises.

Si eBay a commencé par des enchères en ligne, 90 % de ses articles sont vendus à prix fixe. Amazon, qui vendait tout soi-même à l’origine, est de plus en plus une place de marché de vendeurs tiers.