Le président Donald Trump a dîné vendredi avec Tim Cook, CEO d’Apple, dans son club de golf de Bedminster dans le New Jersey.

Ce dernier se serait inquiété de l’avantage compétitif de Samsung Electronics, qui n’a pas à payer de droit de douane pour vendre ses ordiphones aux États-Unis.

Or Apple, dont la plupart des produits sont fabriqués en Chine, va bientôt devoir s’affranchir d’un droit de douane de 10 % vers les États-Unis : dès le 1er septembre pour l’Apple Watch, les AirPods et la plupart des accessoires, et le 15 décembre pour les ordinateurs portables.

Trump aurait affirmé que Cook a présenté de bons arguments pour prouver que ces droits de douane vont le pénaliser, particulièrement contre son compétiteur Samsung qui produit, en plus de la Chine, au Vietnam et en Corée du Sud.

C’est Trump qui a ordonné, dans sa guerre commerciale contre la Chine, un nouveau droit de douane de 10 % sur 300 milliards de dollars annuels de produits importés de Chine, soit la quasi totalité des imports de ce pays.

Il devait s’appliquer le 1er septembre 2019, mais a été reporté au 15 décembre pour de nombreux produits, de peur d’affecter les ventes des fêtes de fin d’année.