La semaine dernière, Walmart a poursuivi Tesla en justice pour rupture de contrat, années de fautes lourdes, et incapacité à se montrer à la hauteur des normes internationales pour les panneaux solaires qu’elle a conçus, installés, et promis d’opérer et d’entretenir avec sûreté sur les toits de centaines de magasins.

Les panneaux furent installés sur 240 magasins, et 7 prirent feu, occasionnant de sérieux dommages aux magasins.

Business Insider révéla que Tela avait lancé un projet en secret, Project Titan un an avant l’action en justice de Walmart, dont le but était de remplacer des connecteurs et des optimiseurs défectueux fabriqués par Amphenol.

Un optimiseur régule la quantité d’énergie et de chaleur qui transite dans le panneau solaire. Si elle est trop élevée, le panneau devient trop chaud et peut prendre feu.

D’après des anciens employés de Tesla, les résultats de Project Titan sont loin d’être concluant: peu de sites traités, manque de connecteurs de rechange.

Project Titan fut lancé plusieurs mois après que SolarWorld, un concurrent de Tesla, lança un programme officiel de rappel de 97 000 modules avec des connecteurs Amphenol UTX PV.

Dans un communiqué commun, Tesla et Walmart ont cependant annoncé jeudi soir (vendredi matin en France) essayer de conclure un accord pour laisser les installations en place, et les remettre en service.

On notera que pour autant, Walmart n’a pas annulé son action en justice.

L’accord est crucial pour Tesla. Au début du mois, Elon Musk, son CEO, a annoncé une vague offre de location de panneaux solaires, afin de relancer, ou de donner l’impression de relancer l’activité.

Au deuxième trimestre, l’entreprise a installé 29 mégawatts de panneaux solaires, alors que l’objectif annoncé de Musk s’élevait à 10 000 mégawatts par an…

Vendredi, Amazon confirma que ses panneaux solaires d’origine Tesla, prenaient feu. En juin 2018, un panneau solaire installé par Tesla sur le toit de l’un de ses entrepôts à Redlands en Californie, prit feu, qui se répandit sur le toit.

Amazon a pris des mesures pour protéger ses installations, et ne projette pas d’installer plus de panneaux solaires Tesla.

Pour mémoire, Tesla acquit SolarCity au bord de la faillite pour 2,6 milliards de dollars (5 milliards au total avec la dette), une acquisition qui, pour des investisseurs ayant lancé des actions en justice, profita surtout à Elon Musk, premier actionnaire de SolarCity et président de son conseil d’administration, et ses cousins, fondateurs et dirigeants de l’entreprise.

Musk se fit offrir pour sa nouvelle activité une usine toute neuve et équipée de 750 millions de dollars à Buffalo, New York – la soi-disant GigaFactory 2 – en échange de promesses d’embauches et d’investissements locaaux qui bien sûr, sont très loin d’être respectées.

Une initiative du gouverneur Andrew Cuomo qui va coûter cher aux contribuables.

Cet épisode est rapporté en détail par Vanity Fair dans un article nommé : He’s Full of Shit”: How Elon Musk Gambled Tesla to Save SolarCity.