Magic Leap est une entreprise floridienne connue pour trois raisons : elle promet de révolutionner la réalité virtuelle, elle a amassé des milliards de dollars de financement d’investisseurs de premier plan comme Google, et elle se distingue par ses présentations malhonnêtes et trompeuses.

Après huit années de développement et quatre années de retard, la jeune pousse lança finalement son premier produit en août 2018 : un casque de réalité virtuelle nommé Magic Leap One Creator Edition, facturé selon les lots entre 2 295 et 3 290 $ HT (environ entre 2 500 et 3 600 € TTC).

Les premières réactions furent mitigés et il semble que le produit peine à trouver des acquéreurs.

En ce moment, l’entreprise est en train d’essayer de lever des fonds dans le cadre de ce qui est officiellement son cinquième tour de table, et qui est en réalité au moins le huitième, après une infusion de 280 millions de dollars en avril 2019.

On apprend ainsi qu’en août, Magic Leap a assigné ses brevets comme caution auprès de la banque JP Morgan Chase, investisseur principal du quatrième tour.

Or les brevets de Magic Leap sont sa seule richesse, tant qu’elle n’aura pas résolu les nombreux problèmes techniques, comme le suivi 3D, qui retiennent tout potentiel commercial de son produit.

Dans un courriel à ses employés, Rony Abovitz, CEO de Magic Leap, a confirmé que son directeur financier Scott Henry avait quitté l’entreprise, laissant entendre qu’il avait décidé de s’en séparer, ce qui ne semble pas être le cas.

Il n’a pas mentionné le départ de John Gaeta, vice-président en charge de la stratégie de créativité. Ce dernier devint célèbre après avoir inventé, lorsqu’il travaillait pour Lucasfilm, un effet spécial pour le film Matrix, où le héros évite les balles d’armes à feu, et qui a été largement copié dans de nombreuses autres productions hollywoodiennes.

La situation de Magic Leap devient d’autant plus critique que le casque de réalité augmenté HoloLens 2 de Microsoft est disponible, et que, selon les rumeurs, Apple a investi des sommes considérables dans les réalités virtuelles et augmentées, avec des produits commercialisés dans les prochaines années.