Kinéis, une jeune pousse toulousaine fondée en 2018 par des anciens de CLS, annonce la levée de 100 millions d’euros auprès de CLS, l’actionnaire de référence avec 32 % du capital, le CNES, Bpifrance (via le fonds Sociétés de Projets Industriels) Thales, HEMERIA, Ifremer, CELAD, BNP Paribas Développement, Ethics Group et des investisseurs privés.

Elle permettra de financer 25 nanosatellites de moins de 30 kg chacun, en complément de ses 8 satellites déjà opérationnels – charges utiles Argos sur 7 satellites et un nanosatellite prototype, ANGELS, lancé en décembre 2019 – 20 stations au sol et de l’infrastructure informatique de pilotage de la constellation, de traitement et de distribution des données.

Ce qui lui permettra d’offrir une connectivité spatiale universelle, et de se développer sur les nouveaux marchés de connectivité de l’Internet des objets (IoT).

Cette connectivité serait globale, simple, bas débit et basse consommation, et pourrait être exploitée pour la science, les loisirs extrêmes, l’agriculture, la pêche, la logistique, la plaisance, et l’IoT en général.

Le démarrage commercial de Kinéis en septembre 2019 tiendrait toutes ses promesses, avec plus de 10 000 puces radio prêtes à être expédiées, des partenariats stratégiques avec Objenious by Bouygues Télécom et Suez et la Wize Alliance et le développement par Arribada d’une conception de référence et d’une bibliothèque de logiciels open source.